Point sur la reprise
Nos clubs partenaires travaillent dur pour vous permettre de venir jouer sur leurs terrains extérieurs le plus tôt possible.
Toutefois, les mesures sanitaires pour pouvoir rejouer ne sont pas toujours faciles à mettre en place et de nombreuses mairies interdisent pour le moment la ré-ouverture des clubs dans leur commune. C’est pourquoi l’offre sur Les Déchaînés risque de rester limitée en cette première semaine de reprise. La ré-ouverture des réservations se fera progressivement durant la semaine prochaine et les semaines suivantes. Restez connectés !

Le Tennis pour les nuls – Épisode 3

Après les deux premiers épisodes axés sur les origines du tennis et le fonctionnement du circuit professionnel, Les Déchaînés vous proposent cette fois-ci un lexique qui vous permettra de suivre plus facilement les matchs de tennis, en cette période de Masters et afin de préparer au mieux la Coupe Davis.

Lorsque l’on regarde un match à la télévision, et qu’on n’en a pas l’habitude, on suit les points avec attention. Mais ce que l’on arrive moins à suivre, c’est le vocabulaire utilisé par les commentateurs. Pour beaucoup, le « chip and charge » ou « passing shot » sont aussi compréhensibles que du chinois. C’est pourquoi, l’équipe des Déchaînés, la plateforme qui permet de réserver un terrain de tennis en 30 secondes et sans engagement, s’est creusée les méninges pour vous proposer une liste des termes à connaître, afin de ne pas passer pour un novice, ou tennix, et d’impressionner votre partenaire/adversaire, quand vous lui direz « t’as vu mon kick extérieur à 30/40? », à la suite de votre prochaine partie sur un des terrains des Déchaînés.

Voici donc un petit lexique qui vous aidera à être moins perdu lors d’un match, et qui vous permettra de frimer un peu si le besoin s’en fait ressentir (avec quelques anecdotes bien senties) :

LES COUPS :

Un Ace : un service suffisamment bien placé (et qui n’est pas faute) pour empêcher l’adversaire de toucher la balle.

Un Passing Shot : littéralement « un coup qui passe », correspond à un coup joué par un des joueurs qui permet de passer son adversaire lorsqu’il est au filet.

via GIPHY

Plusieurs coups en un seul : le passing shot en smash slicé, par Rafael Nadal

Un Slice ou Shop : il s’agit d’un coup principalement joué du côté revers, qui consiste à jouer la balle d’un mouvement presque horizontal, et de varier son jeu en trouvant un effet plus « fuyant » voire écrasé. Ce coup est particulièrement efficace sur les surfaces dont le rebond est limité, comme le gazon. Il peut être également utilisé au service et est notamment très efficace pour les gauchers au côté Avantage (lorsque l’on se place côté gauche pour servir vers la droite).

Les « coupés » : ressemblant esthétiquement à un shop, il va avoir une trajectoire plus montante et sortante (rétro parfois), moins profonde.

Une amortie : dérivée du coup « coupé ». Elle permet de trouver des zones très courtes, généralement très près du filet, et a pour objectif que le joueur ne puisse pas toucher la balle avant un second rebond (peut avoir des trajectoire rétro).

via GIPHY

La définition de l’amortie rétro parfaite

Le « lift » : il s’agit d’un coup particulièrement affectionné par Rafael Nadal, qui consiste à jouer une balle de telle façon que la rotation de la balle sera nettement plus importante que pour les coups « à plat », et qui permet de donner un rebond particulièrement haut (très efficace sur terre-battue, surface dont le rebond est important), afin de repousser l’adversaire le plus loin possible. Ce coup se joue grâce à un mouvement très important et rapide du poignet, tout en effectuant une action de bas en haut au moment de la frappe avec le tamis, et en recouvrant particulièrement la balle lors de la frappe. De cette manière, le joueur gagne en régularité et en sécurité et diminue son nombre de fautes (la trajectoire des coups « à plat » étant rectiligne et non « courbée », elle augmente les chances de faire une faute dans le filet ou en longueur).

Le « kick » : ce terme correspond à l’appellation du lift mais pour le service.

Le « chip and charge » : il s’agit d’une façon particulière de monter au filet, qui consiste à jouer un shop (de préférence profond, proche de la ligne de fond de court), qui force le joueur adverse à jouer une balle généralement basse, plus compliquée à jouer, et qui permet par ailleurs à l’attaquant de gagner quelques précieuses secondes (en comparaison d’une attaque frappée).

Le « lob » : coup joué lorsque l’adversaire est au filet, et qui permet de contourner le joueur par les airs. Très efficace quand il est bien exécuté mais impardonnable s’il est mal touché.

Le « smash » : il s’agit d’un coup généralement joué au filet (peut l’être également en fond de court mais plus rarement), qui se joue sur une balle haute, et le plus souvent sur un lob.

via GIPHY

Exemple d’un tweener réussi…

Le « tweener » : il est l’un des coups les plus appréciés des spectateurs et téléspectateurs, notamment pour son utilisation très spectaculaire. C’est un coup qui est joué entre les jambes, que ce soit face ou dos au filet.

via GIPHY

N’est pas le Maître qui veut…

La volée : ce coup est la plupart du temps joué au filet, mais peut également l’être du fond du court (notamment en volée liftée).

La demi-volée : il s’agit d’un coup qui est frappé juste après le rebond, et qui nécessite un timing parfait.

Pour les plus audacieux, n’hésitez pas à essayer de placer le « SABR » au cours d’une discussion, la « Sneak Attack By Roger », ou littéralement l’attaque sournoise par Roger, qui consiste à jouer en avançant et en demi-volée sur le service adverse. L’utilisation de ce terme devrait en épater plus d’un.

via GIPHY

The Sneak Attack By Roger

QUELQUES TERMES A CONNAITRE :

Un « break » (traduction « bris ») : ce terme est utilisé lorsque le receveur (le joueur qui ne sert pas) parvient à prendre le service de son adversaire. On utilise parfois les termes « break blanc » pour dire que le serveur n’a pas réussi à gagner de point sur son service.

Un « debreak » : on l’utilise pour signifier que la personne ayant perdu son service a, à son tour, pris le service de son adversaire.

Le « challenge » ou « Hawk Eye » (traduction « œil du faucon ») : il s’agit du moyen technologique (un écran géant) mis à disposition des joueurs et qui permet de vérifier si l’annonce de l’arbitre était juste (si un des joueurs n’est pas d’accord avec lui). Il est au nombre de trois par set au minimum, sachant qu’un 4ème challenge est délivré dans le cas où les joueurs iraient jusqu’au tie-break. Aussi, les joueurs conservent leurs challenges tant qu’ils ont raison, lorsqu’ils y font appel. Le Hawk Eye n’existe pas sur terre battue (il est possible de vérifier les lignes de façon traditionnelle) et n’est pas présent sur tous les courts, ni sur tous les tournois, pour des raisons budgétaires.

L' »overrule » : il s’agit d’une décision arbitrale qui lui permet d’annuler une faute annoncée par un juge de ligne. Suite à cette décision, le point est généralement rejoué.

Une « wild-card » : c’est une invitation qui est octroyée par les organisateurs d’un tournoi à certains joueurs. En général, en fonction du pays dans lequel une compétition est jouée, des joueurs du même pays sont invités (au Rolex Paris Masters, trois joueurs français ont été invités). Il arrive également que certains anciens très bons joueurs soient invités, pour rendre le tournoi plus attractif. A l’US Open et Shangaï, Andy Murray, qui était retombé dans les bas-fonds du classement ATP, avait bénéficié d’une wild-card.

J’espère que maintenant, vous êtes parés pour la dernière ligne droite de la saison.

Bon spectacle, profitez des ATP Finals qui se jouent jusqu’à dimanche, et à bientôt sur l’un des courts des clubs partenaires des Déchaînés !


Les Déchaînés libèrent le tennis en ville et propose de réserver un terrain près de chez vous en 30 secondes et sans être membre de club. 100 000 créneaux sont proposés chaque mois, vous avez l’embarras du choix !