Le top 24 des meilleurs matchs de l’année 2019

Cette année, l’équipe Les Déchaînés vous a concocté un calendrier de l’Avent spécial tennis. Au programme ? Un top 24 des meilleurs matchs de l’année, rien de mieux pour se remémorer la saison tennistique 2019 et patienter jusqu’à Noël.

🎁 15 Décembre : Simona Halep – Taylor Townsend (US Open)

Victorieuse à Wimbledon au mois de juillet, Simona Halep ne pensait surement pas vivre un deuxième tour comme celui-ci. En abordant cette confrontation contre l’ex-espoir du tennis féminin américain Taylor Townsend (elle avait gagné l’Open d’Australie junior), la roumaine n’envisageait probablement pas la possibilité de sortir à ce stade de la compétition. Perdue dans les bas fonds du classement WTA après une émergence au plus haut niveau précoce (elle avait notamment le 3ème tour de Roland-Garros à seulement 18 ans), l’américaine avait eu une trajectoire de carrière que malheureusement beaucoup de joueurs et joueuses connaissent. Mais la joueuse de 23 ans a rappelé à notre bon souvenir les raisons pour lesquelles elle avait pu performer au plus haut niveau. Son style de jeu à l’ancienne, porté vers l’avant et vers le filet, avait tout pour déranger une joueuse comme Halep, véritable métronome du fond du court. Et si dans le premier set, la double lauréate en Grand Chelem n’a pas tremblé pour remporter la manche 6/2, la 116ème joueuse mondiale a su élever son niveau de jeu pour bousculer la roumaine de 28 ans. Réussissant à mettre en place son jeu principalement basé sur le service volée et sur les montées constantes au filet, même sur le service adverse, elle parvint très tôt à faire le break. Pensant avoir fait le plus dur, elle se fait débreaker dans la foulée, avant de breaker à nouveau la numéro 4 mondiale.  En manque de confiance depuis son titre à Wimbledon, Halep n’avait pas réussi à faire mieux qu’un troisième tour lors de la tournée américaine. Et cette perte de constance va se faire ressentir lors de cette deuxième partie de match. Incapable de se procurer la moindre balle de break jusqu’à la fin du set, elle le perd logiquement 6/3. Et c’est sur un court Arthur Ashe survolté que la jeune américaine va entamer l’ultime manche. Solides sur leurs engagements, les deux joueuses vont tenir leur service jusqu’à 2/2, moment choisi par Townsend pour réaliser le break. Pensant se diriger vers une fin de match tranquille, la gauchère va se faire surprendre à 5/4, après avoir obtenu deux balles de matchs et écarté une balle de break. La roumaine, pensant avoir pris un avantage psychologique que la plupart des joueuses inexpérimentées comme Townsend auraient estimé insurmontable, se fait emmener dans un tie-break sur un court central bouillant. Ne parvenant pas à faire de différence jusqu’à 4/4, c’est la jeune américaine de 23 ans qui va réussir à donner un coup de collier dont la roumaine n’arrivera pas à se relever. Après 106 montées au filet (64 réussies), 39 coups gagnants et 42 fautes directes, Townsend peut alors lever les bras pour célébrer la performance la plus aboutie de sa jeune carrière, devant son public. On vous laisse savourer les meilleurs moments de la rafraichissante performance de l’américaine.

🎁 14 Décembre : Denis Shapovalov – Gaël Monfils (US Open)

Comme vous le savez, la Next Gen a véritablement explosé cette saison. Et comme vous le savez également, le tennis français se porte mal. C’est donc de deux acteurs majeurs de la nouvelle génération et du tennis tricolore dont nous allons parler. Le premier, Denis Shapovalov, nouvelle tête d’affiche du tennis canadien (en compagnie du jeune Auger-Aliassime) et véritable performeur (il avait ébloui le monde du tennis en 2017 en battant Nadal à l’issue d’un énorme match à Montréal en 3 sets). Et le second n’est autre que Gaël Monfils, autre showman, et seul représentant français à tenir son rang en 2019. S’il a su garder une certaine constance au classement, le français ne s’était pas montré très performant lors des grands rendez-vous, n’atteignant au mieux, que les 8èmes de finale en Grand Chelem (à Roland-Garros, où il avait été battu sèchement par le futur finaliste du tournoi, Dominic Thiem). De son côté, Shapo, après un début d’année quelque peu poussif, avait réalisé une meilleure seconde partie de saison et une tournée américaine convaincante mais avait échoué à figurer parmi les 32 meilleurs joueurs mondiaux à New York, synonyme de tête de série. Et c’est pour cette raison que c’est au troisième tour de Flushing Meadow que le jeune canadien de 20 ans et la Monf’ se sont retrouvés. Le parisien avait connu deux premiers tours tranquilles contre Ramos-Vinolas et Copil, ne donnant pas réellement d’indication sur son niveau de jeu. En revanche, la victoire expéditive du gaucher au premier tour face à son compatriote Auger-Aliassime avait donné la température pour la suite du tournoi. Et c’est dans son rôle de véritable coupeur de tête que le canadien au revers à un main (suffisamment rare pour être souligné) a entamé le match. Pied au planché, c’est lui qui a fait le spectacle dans le premier acte. Avec 17 points gagnants, et un taux de conversion de 100% sur ses balles de break, le jeune Shapovalov a réussi à remporter la première manche au jeu décisif. La deuxième manche, tout comme la première, est un gros combat, dont sort vainqueur le français au tie-break, à son tour plus réaliste et plus solide dans le money time. Le 3ème set est en revanche plus maîtrisé. Bien que Shapovalov continue à faire le spectacle (15 coups gagnants pour 15 fautes directes), le francilien est quant à lui sérieux comme on a peu l’habitude de le voir. Avec un ratio de 9 coups gagnants pour seulement 2 fautes directes, aucune balle de break concédée et malgré un taux de conversion de balles de break de 11%, il empoche la troisième manche 6/4 à la faveur d’un unique break. Dans le 4ème, le canadien parvient à régler la mire et réussit à prendre le meilleur sur la Monf, encore une fois au jeu décisif, et après avoir sauvé une balle de match. Dans le dernier acte, le longiligne français serre le jeu et réussit le break à 2/1. Son break, il le gardera jusqu’au bout, ayant même l’opportunité de réaliser le double-break (sur balle de match). Finalement, c’est sur son service à 5/3 qu’il conclut un match dantesque. On vous laisse revivre les « hot shots » de ce troisième tour de l’US Open.

🎁 13 Décembre : Cori Gauff – Polona Hercog (Wimbledon)

Nous l’avions déjà mentionnée un peu plus tôt dans le calendrier, mais Cori Gauff a fait sensation durant la quinzaine anglaise Wilmbledon. Après avoir vaincu son idole de jeunesse, Venus Williams, et après s’être débarrassée de Rybaricova, la jeune américaine affrontait alors Hercog en 16ème de finale. La slovène, au profil particulier (185cm), et au style de jeu peu commun (joue presque uniquement en slice côté revers), avait fait plutôt bonne impression en éliminant Madison Keys au deuxième tour. En abordant ce match, aucune des deux joueuses ne partait avec un réel avantage dans l’optique de rallier les 8èmes . Il faut dire que la slovène de 28 ans a eu une trajectoire de carrière assez singulière. Arrivée assez tôt au plus haut niveau (35e mondiale à 20 ans, après le gain de son premier titre), elle n’a pas su confirmer les attentes placées en elle. Végétant dans le top 100 depuis près d’une décennie, elle n’a jamais eu de résultat véritablement probant (son meilleur résultat en GC est un 3ème tour). Et pour ne rien arranger, face à elle se dresse alors Coco Gauff, nouvelle étoile montante du tennis féminin. À l’heure d’affronter la jeune américaine, Hercog est classée à la 60ème place mondiale et endosse alors le costume de favorite par défaut. Très bien rentrée dans son match, la slovène parvint à installer son rythme et à imposer son jeu à l’inexpérimentée Gauff. Agressive en coup droit, cassant le jeu avec son revers, elle réussit à faire déjouer la jeune américaine (14 fautes directes dans le premier acte) et à empocher le set 6/3. Entamant la deuxième manche sur les mêmes bases, Hercog fait rapidement le break et mène 3/0 puis 4/1 jusqu’à arriver à 5/3. Dos au mur, l’américaine sert alors pour rester dans le match. Sauvant une balle de match sur son service, puis une autre à 5/4 sur le service de la slovène, Gauff fait basculer la partie. Et Hercoq sait qu’elle a laissé passer sa chance. Trop attentiste, elle n’a pas su serrer le jeu aux moments clefs, et c’est dans ces moments qu’on distingue une joueuse tennis d’une championne. Revenue dans le match, l’américaine de 15 ans lance parfaitement son troisième set en faisant le break à 2/1. Menant 4/1, elle est rattrapée par la pression et est rejointe au score par une Hercog combative. Mais la force mentale de la jeune championne lui permet de tenir bon et d’obtenir une balle de match sur le service de son adversaire à 5/6 dans le troisième. Sa première occasion fut la bonne. Plus fébrile (47% de première balle!), moins réaliste sur les balles de break, la slovène a, malheureusement pour elle, montré la raison pour laquelle elle ne figure pas plus haut dans le classement WTA. Et de l’autre côté du filet, elle a probablement assisté à l’acte de naissance d’une future championne. On vous laisse regarder les highlights de ce match au scénario fou.

🎁 12 Décembre : Roger Federer – Novak Djokovic (ATP Finals)

Depuis plus de 10 ans, les duels Federer-Djokovic rythment le calendrier de l’ATP. Généralement, ces deux-là se retrouvent pour se disputer une place finale ou le titre. Mais cette fois-ci, le contexte particulier du Masters a fait s’affronter les deux rivaux dès les phases de poule. Mais ce match de groupe avait l’allure d’un véritable quart de finale. Après avoir tous deux battu Matteo Berrettini et essuyé une défaite contre un Dominic Thiem de gala, le suisse et le serbe se retrouvaient pour disputer leur 3ème match, décisif dans l’objectif d’atteindre les demi-finales. D’un côté, le Joker, 5 titres du Masters, boosté par l’éventualité de rejoindre son rival de toujours au sommet de la hiérarchie des ATP Finals. De l’autre, Roger, motivé par l’idée de prendre sa revanche sur celui qui l’avait privé d’un 21ème Grand Chelem et par l’opportunité de prendre ses distances avec son adversaire direct en ajoutant un 7ème titre au Masters à son palmarès. Et ce 49ème duel entre les deux hommes va très vite donner des indications sur les intentions de l’helvète. Hyper entreprenant et affuté, le Maître va littéralement écraser le pauvre serbe, totalement dépassé par le niveau de jeu affiché par le suisse. Avec 23 coups gagnants (12 aces) pour seulement 6 fautes directes, le Goat va donner l’impression de véritablement marcher sur l’eau, comme il avait pu le faire face à Goffin à l’US Open. Intouchable sur son service, avec un pourcentage de premier balle de 73% (81% de réussite derrière sa première, 69% sur sa seconde), le suisse ne va concéder qu’une seule balle de break face au meilleur relanceur du monde. Totalement souverain, le détenteur du plus grand nombre de Grand Chelem n’a pas tremblé pour terrasser le numéro 2 mondial 6/4 6/3 en moins d’une heure et quart. On vous laisse savourer les meilleurs points de la démonstration de FedExpress.

🎁 11 Décembre : Ashleigh Barty – Amanda Anisimova (Roland Garros)

Si Ashleigh Barty n’est pas parvenue à conclure son année de la meilleure des façons, elle avait réalisé, jusqu’à sa défaite en finale de Fed Cup, une saison exceptionnelle. Après un début d’année encourageant avec un 1/4 de finale chez elle, à Melbourne, après avoir battu Ostapenko, Halep, Bertens et Mertens et ne butant que sur Kvitova, et son premier titre majeur en Premier à Miami, elle arrivait Porte d’Auteuil non pas dans la peau d’une favorite mais dans celle d’une outsider crédible. Et la terre battue francilienne va lui permettre de confirmer un début de saison prometteur. Collant parfaitement à son jeu, fait de variations et de puissance, elle enchaîne les performances solides sur ses cinq premiers tours. N’ayant perdu qu’un seul set à l’heure d’affronter la jeune américaine Anisimova (17 ans) en demi-finale, elle est alors candidate la plus en mesure d’aller au bout parmi les quatre joueuses restantes (l’autre demi-finale opposait alors Konta, 26ème Mondiale, à Vondrousova, 19 ans, et véritable novice à ce stade de la compétition). Et l’australienne va rentrer tambour battant dans la première demi-finale de sa carrière. Totalement impériale lors des 5 premiers jeux, elle va ne laisser que les miettes à la pauvre américaine totalement amorphe, et n’ayant marqué que 3 points sur les 24 premiers joués. Piquée dans son orgueil, Anisimova va alors infliger un six à la suite à l’ancienne joueuse de cricket, à coup d’amorties bien senties et d’une solidité en fond de court retrouvée. Elle va même s’offrir l’opportunité de servir pour le set, mais après de nombreuses balles de break sauvées, elle va finalement être rejointe au score et poussée dans un tie-break. Elle va finalement réussir à boucler le premier set au tie-break 7-4, avant d’aligner trois jeux consécutif pour décoller au score. Complètement en perdition, l’australienne va parvenir à trouver des ressources inespérées et va, à son tour, infliger un six à la suite pour s’adjuger la deuxième manche 6/3. Le début du troisième set va alors débuter par un énorme combat, fait de breaks et de debreaks, avant que Barty ne finisse par prendre le dessus. Avec près du double de nombre de coups gagnants (40 à 21) et 9 fautes directes de moins, elle va finalement réussir à s’imposer logiquement pour rallier la finale de Roland-Garros. On vous laisse revivre les moments phares du meilleur match féminin de la quinzaine.

🎁 10 Décembre : Kristina Mladenovic – Ashleigh Barty (Fed Cup)

Cette année, Mladenovic et Barty ont connu des destins croisés. Ancienne Top 10, la française a eu toutes les peines du monde pour exister sur le circuit et surtout pour maintenir de la régularité dans ses résultats. Entre contre-performances et désillusions, Kiki n’a pas su réellement se relever après une saison 2018 catastrophique. Redescendue à la 44ème place mondiale fin 2018, elle a terminé la saison 2019 avec une légère progression au classement où elle a finit à la 38ème place. De son côté, l’australienne a véritablement explosé aux yeux du monde en remportant son premier Grand Chelem à Roland Garros et en atteignant le 1er rang mondial. Régulière dans ses performances, elle a terminé la saison 2019 à la première place mondiale et avait l’occasion de parachever sa magnifique année lors de la finale de la Fed Cup. Après la correction infligée à la pauvre Caroline Garcia lors de son premier simple (6/0-6/0), elle avait l’opportunité d’offrir un deuxième point précieux à l’Australie pour son deuxième match, face à Kristina Mladenovic. Mais c’était sans compter sur la combativité de la française de 26 ans. Après un premier set express (6/2 en 33 minutes pour Barty), l’australienne pensait se diriger vers une victoire tranquille. Mais à 4/4 dans le deuxième acte, après avoir sauvé un nombre incalculable de balles de break (10/13), la numéro 1 mondiale se fait breaker, avant que Mladenovic ne lui porte l’estocade à 5/4. Emmenée dans une troisième manche par une française survoltée, elle perd une première fois son service, avant de débreaker à 2/3. Mladenovic parvint à nouveau à breaker (blanc !) l’australienne, avant de se refaire debreaker (blanc là-aussi !) au moment de conclure. Mais ce n’était que partie remise. Réussissant à embarquer Kiki dans un tie-break qui se voulait irrespirable, l’australienne perd totalement pied et laisse la française s’envoler au score. Après avoir commis sa 47ème faute directe du match (contre 29 pour la française), la numéro 1 mondiale rend les armes et laisse la France mener 2/1 dans cette finale complètement folle. On vous laisse savourer les meilleurs moments d’une des performances françaises de l’année !

🎁 09 Décembre : Naomi Osaka – Karolina Pliskova (Open d’Australie)

Victorieuse à l’US Open en fin de saison 2018, Naomi Osaka jouait le tournoi de la confirmation et donc, de tous les dangers. Depuis plusieurs années, une hiérarchie sur le circuit WTA a du mal à se dessiner. Mais la nippone faisait partie des joueuses dont on pense qu’elles pourraient s’inscrire sur la durée dans le gratin du tennis mondial féminin. Et c’est donc en Australie qu’elle a su confirmer une partie des espoirs placés en elle. En demi-finale, face à la jeune japonaise se dresse alors la tchèque Karolina Pliskova, 7ème joueuse mondiale, installée dans le Top 10 depuis 2016, et toujours en lice pour tenter de remporter son premier Grand Chelem. Et le match va correspondre à l’idée que l’on s’en faisait : d’un côté, Pliskova dans le rôle du métronome, très régulière et solide du fond du court, et de l’autre, Osaka, dictant le jeu, faisant la pluie et le beau temps. Mais, fort heureusement pour elle, elle a su se montrer plus dangereuse et son envie a fini par payer. Avec 56 coups gagnants à 20 (15 aces contre 3), pour « seulement » 30 fautes directes (Pliskova en a fait 9 de moins), elle a réussi à se défaire de la tchèque en 3 sets pour rallier la finale de Melbourne. On vous laisse revivre les moments forts de ce super combat.

🎁 08 Décembre : Stefanos Tsitsipas – Roger Federer (Open d’Australie)

En début de tournoi, la possibilité de voir Roger Federer et Stefanos Tsitsipas s’affronter en faisait saliver plus d’un. D’un côté, le suisse, 37 ans, et en quête d’un 21ème Grand Chelem, avançait dans le tournoi dans la peau de favori, au même titre que Nadal et Djokovic (comme presque dans chaque Grand Chelem depuis plus d’une décennie). De l’autre, le grec, 20 ans, fer de lance d’une nouvelle génération de plus en plus présente et ambitieuse, et totalement sûr de ses forces, progressait dans le tournoi dans la peau d’un outsider crédible. Les deux joueurs, aux styles assez similaires (revers à une main, jeu porté vers l’avant), abordaient ce quart de finale avec finalement assez peu de certitudes. Leur seule confrontation avait été dans le cadre d’un tournoi semi-exhibition, la Hopman Cup, et avait accouché d’une victoire dans la douleur de l’helvète (7/6 7/6). Et ce quart de finale de l’Open d’Australie va ressembler à ce à quoi les amateurs de tennis s’attendaient. Un énorme combat, trois tie-breaks, de nombreux points gagnants (62-61 en faveur du jeune Stefanos) et une volonté de jouer vers l’avant comme on en voit peu ou plus (134 montées au filet dans le match et un pourcentage de plus de 70% de réussite pour les deux joueurs). Mais c’est finalement le grec qui, assez logiquement, a fini par prendre le meilleur sur le vétéran suisse. Très réaliste et solide, il a su hausser son niveau dans les moments clés, breakant le suisse sur une de ses trois opportunités, et sauvant les 12 balles de break auxquelles il a dû faire face pour terrasser le Maestro en 4 sets 6/7 7/6 7/5 7/6. On vous laisse profiter des meilleurs moments de ce chef d’oeuvre du début d’année.

🎁 07 Décembre : Tímea Babos / Kristina Mladenovic – Hsieh Su-wei / Barbora Strýcová (WTA Finals)

Le tennis féminin français est passé par tous les états depuis maintenant 3 ans. Les françaises Kristina « Kiki » Mladenovic et Caroline Garcia ont tour à tour tutoyé les sommets du circuit WTA : la première citée ayant atteint le 10ème rang mondial en 2017, la seconde s’étant hissée à la 4ème place en 2018. Mais l’année 2019 a été un véritable chemin de croix pour les deux joueuses. Enchaînant les défaites et les contre-performances, Mladenovic et Garcia sont retombées à un classement très en-deçà de leur standing (elles ont respectivement le matricule 38 et 46 à la WTA). Et c’est donc par le double que leur salut est passé. Au sujet de Garcia nous y reviendrons plus tard dans le calendrier. Concernant Kiki, elle est parvenue à performer en double aux côtés de Tímea Babos et à multiplier les succès tout le long de la saison. Mais c’est en fin de saison, aux WTA Finals, que la française et la hongroise, tenantes du titre, ont été récompensées de leur superbe saison. Et si elles sont passées à deux points de la défaite en demi-finale face à la paire Stosurs-Zhang, qui ont mené 8/7 dans le super tie-break du 3ème set, elles ont été impériales en finale face à Stycova et Hsieh et les ont expédiées en un peu plus d’une heure de jeu. On vous laisse profiter des meilleurs moments de leur démonstration.

🎁 06 Décembre : Bianca Andreescu – Angelique Kerber (Miami)

Avec l’éclosion récente de Denis Shapovalov et de Félix Auger-Aliassime, le tennis masculin canadien se porte à merveille. Et sur le circuit WTA aussi ! La jeune Bianca Andreescu, 19 ans, a explosé aux yeux du monde cette année. Si d’autres joueuses comme Ashleigh Barty ont quelque peu éclipsé son avènement au plus haut niveau en début de saison, la canadienne d’origine roumaine a signé quelques performances de choix face aux toutes meilleures. Et c’est l’allemande Angelique Kerber qui en a fait les frais à deux reprises au mois de mars, les deux fois en trois manches. Son premier succès contre la gauchère, en finale du tournoi d’Indian Wells, pour son premier titre majeur. Le second, au 3ème tour de Miami. Et bien qu’étant moins important dans sa carrière (elle perdra au tour suivant), il est l’un de ses plus aboutis en termes d’un point de vue tennistique. Ultra solide, et au terme d’un superbe combat en 3 sets, elle est venue à bout de l’allemande, qui n’aura pas démérité. Et si vous doutiez du fait qu’il faut deux grandes championnes pour faire un grand match, on vous laisse en juger par vous même.

🎁 05 Décembre : Stan Wawrinka – Stefanos Tsitsipas (Roland-Garros)

C’était l’affiche des huitièmes que tout le monde attendait Porte d’Auteuil. Entre l’un des joueurs les plus talentueux de la Next Gen, le grec Stefanos Tsitsipas, et le revenant et triple vainqueur de Grand Chelem, Stanislas Wawrinka, ce match promettait un sacré duel. Et ça n’a pas manqué. Durant 5 sets, les deux joueurs se sont rendus coup pour coup, enchaînant les points gagnants (62 à 61 pour Stanimal !), les loupés et les renversements de situation. Et si le niveau de jeu n’a pas toujours été là chez l’helvète (55 fautes directes), c’est bien sa force mentale qu’on lui connaît qu’il lui a permis de s’imposer 8/6 au cinquième set, sur un point là aussi riche en rebondissements. Profitez des meilleurs moments du match de la quinzaine de Roland-Garros !

🎁 04 Décembre : J.Cabal / R.Farah – B.Bryan / M.Bryan (Rome)

Le double est une catégorie sous-exposée dans le monde du tennis. En dehors des performances françaises, les médias parlent finalement assez peu des vainqueurs de tournois de double, même en Grand Chelem. Très peu de joueurs et de paires de joueurs obtiennent un statut à la hauteur de leurs performances. Seuls les frères Bryan ont réussi à se faire une place dans l’esprit des amateurs de tennis (16 tournois du Grand Chelem à leur palmarès). Et c’est justement de cette paire dont nous allons parler. Mais cette fois-ci, pas dans le rôle du bourreau, mais bien dans celui de la victime. C’est le duo colombien Cabal-Farah, double vainqueur de Grand Chelem cette année, qui a sorti le match qu’il fallait pour se défaire de la paire américaine. Des points de mutans, plusieurs balles de match sauvées, et à la clé, une place en demi-finale du tournoi de Rome : la confrontation entre la paire du moment et l’une des plus grandes équipes de l’histoire du double aura tenu toutes ses promesses. On vous laisse savourer le super tie-break décisif et les plus beaux points des derniers instants du match.

🎁 03 Décembre : Coco Gauff – Venus Williams (Wimbledon)

La saison 2019 a été celle de la naissance de nombreuses futures têtes d’affiches. La fameuse Next Gen, représentée par les Tsitsipas, Medvedev ou autre Auger-Aliassime, a accueilli une nouvelle recrue en la personne de Coco Gauff. Et la jeune joueuse américaine est entrée avec la manière dans le paysage tennistique : au All England Tennis Club, contre Venus Williams, quintuple lauréate du tournoi de Wimbledon et véritable idole de la jeune Coco Gauff. La nouvelle sensation du circuit WTA a impressionné par son jeu mais surtout par sa maturité et son sang-froid, à tout juste 15 ans. Sans trembler, elle a su venir à bout de la vétérante américaine en deux sets 6-4 6-4. On vous laisse revivre les plus beaux points de sa victoire.

🎁 02 Décembre : Serena Williams – Simona Halep (Open d’Australie)

Ce Williams-Halep en 16ème de finale de l’Open d’Australie n’était clairement pas leur affrontement avec le plus d’enjeu, mais reste l’un des plus marquants, notamment pour la qualité du jeu produit par les deux joueuses et pour le contexte un peu spécial (Williams était alors tête de série numéro 16 et Halep numéro 1 mondiale). L’opposition de styles entre Williams et Halep donne souvent lieu à de superbes matchs, mais comme souvent, c’est l’américaine qui l’emporte (Serena mène 9 à 2). On vous laisse profiter de l’un des matchs du début de saison.

🎁 01 Décembre : Nick Kyrgios – Rafael Nadal (Acapulco)

Nick Kyrgios est capable du meilleur comme du pire, et nous l’a encore prouvé cette saison. Souvent pointé du doigt pour son comportement, le fantasque australien reste un joueur de tennis à part, capable de battre les meilleurs grâce à des coups dont seul lui a le secret. Cet affrontement contre Nadal reste l’un de ses matchs référence en terme de mentalité et de qualité de jeu. Et le scénario du match est fou (encore plus quand on connaît l’animosité qui existe entre les deux joueurs). On vous laisse juger par vous-même.

 


Les Déchaînés libèrent le tennis en ville et propose de réserver un terrain près de chez vous en 30 secondes et sans être membre de club. 100 000 créneaux sont proposés chaque mois, vous avez l’embarras du choix !